Frédéric Genoud et Adrien Tabarini distingués par le prix SIA et le prix AGI

Deux magnifiques prix, le prix SIA et le prix AGI, viennent récompenser le travail et l’investissement de nos collaborateurs Frédéric Genoud et Adrien Tabarini.

Après 10 années d’expérience au service de l’automation des bâtiments, Frédéric Genoud évolue ! « J’ai désormais de nouvelles cordes à mon arc et je peux travailler dans des secteurs en pleine expansion et pluridisciplinaires dans le bâtiment, et aujourd’hui je me spécialise dans la sécurité incendie », témoigne-t-il. Le prix SIA a récompensé son étude de fin de formation en Techniques des Bâtiments à l’HEPIA sur « L’Analyse des causes de dysfonctionnement qui augmentent la consommation d’énergie dans le bâtiment. Son but? Retracer le chemin qui mène à des situations dysfonctionnelles dans le bâtiment et mettre certaines incohérences et surconsommations au grand jour en s’appuyant sur certaines normes, dont les normes SIA. Mais de quelles incohérences parle-t-on ? Les dysfonctionnements que l’on peut rencontrer dans le monde du chauffage, de la ventilation et de l’eau chaude sanitaire qui sont susceptibles d’augmenter la consommation dans le bâtiment et qui ne respectent pas le cahier des charges fixé par la SIA. « En confrontant les valeurs dictées par la SIA et les valeurs mesurées dans les bâtiments on se rend compte que les valeurs mesurées sont souvent bien plus élevées que les valeurs de planification fixées par le cahier des charges. Un cahier des charges souvent difficile à tenir. Résultat : dans beaucoup de situations, on est confronté à des problématiques de surconsommation, même pour les bâtiments récents », explique Frédéric Genoud. Paradoxalement, les normes SIA sont accusées d’être laxistes, mais on voit que dans la réalité les bâtiments consomment souvent plus que ce que préconisent les normes SIA. Véritable « mise en garde » à l’attention des maîtres d’ouvrage, son étude vise à faire prendre conscience du décalage observé. Au-delà de cette sensibilisation, Frédéric Genoud souhaite que son travail ait d’autres débouchés. Parmi eux : la mise en place d’études et de diagnostics sur-mesure. C’est la phase 6 de la SIA, en lien avec le suivi des consommations d’énergie et l’exploitation, qui permettrait à A+W de garantir aux maîtres d’ouvrage ainsi qu’aux exploitants des performances énergétiques élevées au sein de leurs bâtiments et ceci tout au long de leur vie. La phase 6 de la SIA est encore trop souvent ignorée et représente aujourd’hui une réelle plus-value pour les bâtiments d’aujourd’hui et de demain, qui tendent à être de moins en moins gourmands en énergie.

Lauréat lui-aussi d’un prix décerné cette fois par l’AGI, Adrien Tabarini a pu également évoluer professionnellement grâce à cette formation commencée en 2012. Issu d’une formation de ferblantier installateur sanitaire, puis projeteur dans le même domaine, il complète aujourd’hui ses connaissances dans d’autres domaines de la technique du bâtiment. « J’ai acquis des bagages théoriques que je ne possédais pas avant au niveau, notamment, des sciences de l’ingénierie » témoigne-t-il. Anciennement « chef de projet », Adrien Tabarini possède à l’issue de son cursus HES à l’HEPIA une meilleure vision périphérique des techniques de second œuvre du bâtiment. Le prix AGI qu’il a reçu pour son travail sur « l’optimisation énergétique à travers la production et la distribution d’eau chaude sanitaire (ECS) » s’ajoute à la satisfaction de l’obtention de son diplôme. « Je me suis lancé dans cette aventure après l’information reçue de la part de M. Matthias Achermann de l’ouverture de cette filière à l’HEPIA, lors d’une de nos séances mensuelles. » Une fois son diplôme obtenu, il est passé chef d’équipe dans le département installations sanitaires de notre société.

Ainsi, en adaptant le temps de travail de nos salariés à leur planning de cours, nous veillons à ce qu’ils puissent bénéficier du meilleur enseignement possible. Car, c’est en permettant à nos équipes de s’améliorer que nous gagnons en performance pour mieux servir les intérêts de nos clients.

Adrien Tabarini, chef d’équipe Sanitaire chez Amstein+Walthert Genève

adrien_tabarini1

Frédéric Genoud, chef de projet chez Amstein+Walthert Lausanne.

adrien_tabarini2
Crédit photo : ©pedroneto

Ceci pourrait également vous intéresser:

Le patrimoine bâti : entre valeurs mémorielles et exigences normatives
30 octobre 2017 10:37 / Aperçu

Le patrimoine bâti : entre valeurs mémorielles et exigences normatives

On n’aborde pas un bâtiment classé comme une construction ordinaire. Dépassant l’expression architecturale, ces ouvrages enrichissent notre regard historique et constituent les repères vivants de notre mémoire collective. Intervenir sur l’un d’eux fait plonger les ingénieurs que nous sommes dans un passionnant enjeu patrimonial, où il s’agit de normaliser la thermique, la ventilation, l’acoustique et autres flux, sans altérer le caractère originel du lieu.

Modification de la norme SIA 180, vers une méthode renforcée
17 septembre 2014 15:17 / Société

Modification de la norme SIA 180, vers une méthode renforcée

S’associant à la norme SIA 382/1, la norme SIA 180 s’étoffe et se renouvelle pour devenir une méthode systématique. De nouvelles dispositions s’inscrivent dans une réflexion économique et écologique globale, en vue d’une harmonisation avec les règles européennes. Martin Python, chef d’équipe A+W au sein du département consulting en expose les principaux changements.

Amstein+Walthert Genève auditeur pour le label international BREEAM
26 février 2019 17:21 / Société

Amstein+Walthert Genève auditeur pour le label international BREEAM

Figurant parmi les doyens de la certification environnementale, le label britannique BREEAM, né en 1991, fait florès dans de nombreux pays, notamment européens. Son spectre d’analyse couvre les trois piliers de la construction durable. Cela en fait un outil particulièrement adapté aux légitimes préoccupations écologiques des investisseurs d’un monde nouveau.  Samir Mahroua, notre expert maison pour la certification BREEAM, répond à nos questions sur ce sujet d’actualité.