La sécurité selon A+W Genève : prévenir et agir

José Danta, ingénieur HES et expert technique, est le référent de la spécialité «sécurité & sûreté» d’A+W Genève depuis plus de trois ans. Ce professionnel pragmatique doté d’une grande expérience répond à nos questions sur ce qui motive l’éradication des risques face aux actes malveillants sur les biens, les personnes, mais aussi les données.

A+W. En quoi consistent les prestations de sécurité dans le contexte actuel ?
J.D. La sûreté est un monde en soi, de la lutte contre l’effraction à la surveillance et au contrôle d’accès. Aujourd’hui, il s’agit principalement de sécurisation des sites de travail et des résidences face à la criminalité, et de traçabilité des infractions pouvant intervenir dans la vie de toute organisation.

À qui vous adressez-vous ?
Principalement aux domaines sensibles, notamment bancaires, horlogers, joailliers, mais aussi aux grandes institutions, à l’industrie sur les sites de production mais aussi dans tout ce qui relève de la protection des données et des secrets de fabrication. Nous sécurisons aussi les bâtiments résidentiels ou collectifs.

Quelle est votre méthodologie de travail ?
Nous partons toujours des besoins spécifiés par le client, mais aussi des évolutions prévisibles, en particulier technologiques. Une fois le cadre de sûreté défini, nous étudions une solution systémique abolissant toute possibilité de contournement ou de viol du dispositif. Nous décelons les points stratégiques de pénétration et les flux des personnes. Lorsque nous travaillons dans un environnement déjà équipé, nous engageons les audits nécessaires à une mise à jour optimale.

Allez-vous au-delà de la partie ingénierie ?
Nous souhaitons maîtriser toutes les phases de la sécurisation afin d’interdire les failles à quelque niveau que ce soit. Nous procédons à l’établissement d’un cahier des charges et l’envoyons à différents partenaires, dont nous étudions les solutions. Nous retenons la mieux élaborée techniquement, mais aussi financièrement. Notre analyse va jusqu’à l’appréciation des précédentes réalisations de nos fournisseurs. Nous ne laissons rien au hasard.
Toutes les phases, de l’installation à la mise en service, sont pilotées par nos équipes.

Et la maintenance ?
Elle est primordiale. Nous faisons toujours une projection de son coût sur cinq ans afin d’offrir au client une vision précise des implications du dispositif. Nous planifions la maintenance avec le prestataire et en faisons le suivi systématique.

Votre profession est sur le devant de la scène technologique. Comment en prévoyez-vous l’évolution ?
Nous sommes confrontés à la dualité d’une performance croissante des moyens techniques, et du caractère intrusif qu’elles induisent, voire à la mise en danger de la liberté individuelle. La reconnaissance faciale en est un exemple marquant et nous nous référons pour cela à un cadre juridique strict. Nous veillons scrupuleusement à la légalité des solutions que nous préconisons, tout comme à une cohabitation harmonieuse de la sûreté avec les exigences naturelles liées à l’identité et la liberté.

Quels sont les principaux arguments de votre service ?
Nous possédons une expérience de près de 25 ans dans ce domaine, au service de presque tous les secteurs d’activité. Nous créons des installations, y compris informatiques, extrêmement performantes et n’utilisons que les solutions dont nous sommes sûrs à 100%.

Comment se dessine le monde actuel par la lorgnette de la sécurité ?
Nous constatons une hausse des besoins face aux dangers physiques, mais également numériques de notre époque. Avec le temps, la sécurité ne concerne plus uniquement les catégories privilégiées soucieuses de protéger leur patrimoine. Elle s’adresse maintenant à l’ensemble des personnes, des lieux et des données.
Face à la violence potentielle de notre société, la garantie de sécurité est devenue un facteur important du bien-être des salariés et des citoyens.
La dimension humaine reste néanmoins essentielle dans ce métier, et c’est ce qui doit continuer à en animer les acteurs.

 

Pour en savoir plus :
José Danta
+41 22 749 83 80
AWGEInfo@amstein-walthert.ch

Ceci pourrait également vous intéresser:

Guillaume Bénis, nouveau responsable du département Sécurité incendie
27 avril 2020 17:25 / Société

Guillaume Bénis, nouveau responsable du département Sécurité incendie

Les prescriptions en matière de protection incendie édictées par l’AEAI permettent à la Suisse d’afficher l’un des plus hauts niveaux de sécurité au monde. Ces directives, comme les technologies, évoluent régulièrement. C’est pourquoi Amstein + Walthert a recruté Guillaume Bénis, un expert qui a travaillé plus de 10 ans pour l’ECA (Etablissement Cantonal d’Assurance contre l’incendie et les éléments naturels) du canton de Vaud. Il revient sur son parcours, ses fonctions chez A+W et sa vision quant à l’évolution de son domaine d’activité.

ALWEOL : une nouvelle structure A+W exclusivement dédiée à la digitalisation du bâtiment
1 juin 2021 09:23 / Innovation

ALWEOL : une nouvelle structure A+W exclusivement dédiée à la digitalisation du bâtiment

La digitalisation du bâtiment, à l’avant-garde de laquelle figure la technologie BIM, réinitialise littéralement le secteur de la construction et de l’urbanisme. Elle laisse entrevoir un formidable potentiel de progrès, notamment durables, de la conception de l’objet à la gestion de ses cycles de vie. Précurseurs en Suisse avec la création d’un atelier BIM il y a dix ans, nous souhaitions offrir à notre département la plus grande autonomie possible, afin de répondre à la demande croissante d’expertise dans ce domaine. Notre nouvelle entité ALWEOL poursuit des objectifs clairs, qu’Adrien Casado, son responsable commercial et BIM Manager, nous explicite dans cette interview.