Nouveaux diplômés AEAI 2015 à Sion et Genève

Xavier Métrailler à Sion est avec Emmanuel Decornoy à Genève l’un des deux nouveaux titulaires chez Amstein+Walthert du diplôme AEAI de spécialiste en protection incendie. Nous lui avons demandé de nous éclairer sur ce brevet fédéral qui participe à faire de la Suisse l’un des pays les plus sûrs au monde sur la plan de la sécurité incendie.

Quelles compétences particulières ce diplôme de l’AEAI sanctionne-t-il ?
C’est un certificat autorisant l’exercice de l’activité d’ingénieur apte à établir des concepts de sécurité concernant les bâtiments de type standard. La finalité est avant tout de sauver des vies et, dans un deuxième temps, de favoriser le travail des pompiers pour la sauvegarde des bâtiments. Ce brevet de l’Association des Etablissements cantonaux d’Assurance Incendie, mis en place il y a deux ans, est obligatoire depuis le 1er janvier 2015 pour pouvoir pratiquer. En outre, obligation est faite de valider tous les cinq ans la reconnaissance de la formation.

Comment sélectionnez-vous en interne les candidats à ce brevet ?
Nous retenons pour cette formation des collaborateurs essentiellement issus des techniques du bâtiment, de la ventilation ou de l’électricité, soit des métiers liés aux installations de sécurité adaptées à la protection des personnes. De plus, un important investissement personnel est nécessaire pour compléter un programme d’enseignement très serré. Il faut la motivation de retourner sur les bancs de l’école, de se former, d’apprendre un nouveau métier et de s’y consacrer !

Quel est l’intérêt objectif de ces compétences pour un bureau d’études ?
Le souhait d’Amstein+Walthert est d’avoir la capacité de fournir l’ensemble des techniques du bâtiment. Le client, le maître d’ouvrage et l’architecte ont, du point de vue technique, un interlocuteur unique. La pertinence de la protection incendie particulièrement est le fruit d’une approche globale des systèmes et des structures. Ainsi les concepts de sécurité sont intégrés de façon cohérente, en amont, dès la conception. Si l’on considère que la plupart des intervenants du secteur sont spécialisés soit en technique du bâtiment, soit dans le domaine de la sécurité, la valeur ajoutée que fournit Amstein+Walthert en la matière est indéniable.

Faut-il considérer que la formation est un enjeu crucial aujourd’hui ?
La volonté d’Amstein+Walthert est de donner la possibilité à ses collaborateurs de s’investir dans la formation pour continuer d’être à la pointe des techniques. Il faut se rendre à l’évidence : à l’époque de l’évolution aussi constante que rapide des savoir-faire de nos métiers, ne rien faire c’est reculer.

Ceci pourrait également vous intéresser:

La norme incendie AEAI 2015, un droit pour les usagers, un devoir pour les professionnels
25 mars 2015 15:03 / Métiers

La norme incendie AEAI 2015, un droit pour les usagers, un devoir pour les professionnels

Les nouvelles prescriptions suisses de protection incendie (PPI) de l’AEAI sont en vigueur depuis le 1er janvier 2015, 10 ans après l’entrée en vigueur de la norme éponyme. Emmanuel Decornoy, ingénieur «sécurité incendie» Amstein + Walthert, nous en décrit les grandes lignes.

Guillaume Bénis, nouveau responsable du département Sécurité incendie
27 avril 2020 17:25 / Société

Guillaume Bénis, nouveau responsable du département Sécurité incendie

Les prescriptions en matière de protection incendie édictées par l’AEAI permettent à la Suisse d’afficher l’un des plus hauts niveaux de sécurité au monde. Ces directives, comme les technologies, évoluent régulièrement. C’est pourquoi Amstein + Walthert a recruté Guillaume Bénis, un expert qui a travaillé plus de 10 ans pour l’ECA (Etablissement Cantonal d’Assurance contre l’incendie et les éléments naturels) du canton de Vaud. Il revient sur son parcours, ses fonctions chez A+W et sa vision quant à l’évolution de son domaine d’activité.

A+W Genève s’inscrit dans l’histoire culturelle de la cité de Calvin, avec la rénovation du Grand Théâtre
30 avril 2019 09:01 / Amstein+Walthert

A+W Genève s’inscrit dans l’histoire culturelle de la cité de Calvin, avec la rénovation du Grand Théâtre

Quel événement ! Après 2 ans de travaux et près de 7 ans de projet, la plus grande institution culturelle de Suisse romande et l’un des principaux théâtres lyriques en Europe a rouvert ses portes le 12 février 2019, avec au programme les quatre volets du « Ring des Nibelungen » de Richard Wagner et ses 16 heures de musique. Construit en 1879, l’édifice méritait une meilleure organisation des espaces et de la gestion du confort exigé par le public, mais également des besoins du milieu artistique d’aujourd’hui. Amstein+Walthert est l’un des acteurs de cette captivante restauration, faisant intervenir une grande somme de compétences. Yannick Barthet, chef du projet et responsable d’équipe, nous livre son expérience.