Matthias Achermann : "Il n’y a pas de performance valable sans éthique"

La réorganisation du monde de l’entreprise face aux mesures de restrictions sanitaires a souligné l’extraordinaire niveau de sophistication des outils de communication électroniques. La plupart des secteurs d’activité ont en effet réussi à satelliser leurs fonctions dans le télétravail et à poursuivre leur activité sans que cela ne passe pour un exploit. En ce qui nous concerne, de l’intelligence organisationnelle au BIM, la transition numérique sourit à l’ingénierie du bâtiment, et c’est là, à l’évidence, que nous trouverons les moyens d’enrichir notre proposition de valeur et de gagner en compétitivité. Heureusement, un lien fort nous accroche au réel : nous sommes dédiés à l’art de construire, ce savoir-faire né avec la sédentarisation, il y a 10000 ans, dans la vallée du Wadi en-Natouf, en Palestine. C’est un privilège pour nous, de collaborer avec des corporations artisanales mues par un idéal de sécurité, de praticité et de confort à l’origine de tous les progrès.

Les bonnes pratiques, en prolongement des savoir-faire
La tradition de la construction a contribué à l’établissement des règles de l’art et de principes éthiques immuables. Nous en sommes les héritiers et devons les préserver avec fermeté, tant dans la dimension humaine que par la prouesse technologique. Hélas, l’hypercompétition caractérisant nos marchés amène parfois certaines entreprises à négliger ces principes. Face à cela, Amstein+Walthert, fidèle à son ADN, ne dérogera jamais à ses valeurs. Pour décourager le dumping, gagnons en compétitivité par l’organisation et la créativité ; pour préparer l’avenir, participons activement à notre filière d’apprentissage, là où certaines entreprises abandonnent ce rôle essentiel, pour limer leurs coûts ; pour permettre le développement personnel, défendons une politique salariale juste ; enfin, saisissons les opportunités de formation continue, car savoir, c’est pouvoir.

Se fédérer autour d’une cause enthousiasmante, au-delà du business
L’entreprise ne se résume pas à être un lieu (nous en faisons l’expérience), ni même une activité ; c’est un état d’esprit susceptible de rayonner sur son environnement. Cette année, je souhaite que nous renforcions notre apport, non seulement à notre corporation, mais aussi à la cause éthique. Pour ce qui est de notre métier, nous nous engagerons aux côtés de l’AGI Genève, l’Association des Ingénieurs de Genève, dans la formation relative aux bonnes pratiques liées à la maîtrise d’ouvrage publique.
Nous irons également au-delà, en soutenant un ou plusieurs projets locaux de préservation de l’environnement, des savoir-faire, ou du patrimoine. Notre collaborateur Martin Python travaille d’ores et déjà à la sélection de sujets que nous aurons le plaisir de vous proposer prochainement.
Pour conclure ce premier édito de l’année, je placerai donc l’année 2021 sous le signe de l’accomplissement personnel, qu’il soit « métier » ou simplement humain.

Matthias Achermann
Directeur A+W Genève

Ceci pourrait également vous intéresser:

Anergie, le réseau d’échange thermique intelligent et renouvelable
22 février 2016 10:10 / Innovation

Anergie, le réseau d’échange thermique intelligent et renouvelable

Aujourd’hui, les bâtiments sont considérés comme de simples consommateurs d’énergie. Pourtant, en fonction de leur localisation, leur affectation ou leur utilisation, ils peuvent aussi être de véritables générateurs d’énergies renouvelables. Une technologie mise au point par Amstein + Walthert vise à valoriser leurs artéfacts thermodynamiques au moment où l’atteinte des objectifs de réduction des gaz à effet de serre passe par une rupture conceptuelle et technologique de notre utilisation de l’énergie.

A+W Genève : une culture d’entreprise fondée sur la cohésion et le partage du savoir
13 décembre 2018 16:10 / Vidéos

A+W Genève : une culture d’entreprise fondée sur la cohésion et le partage du savoir

Changement de Direction, mais pas de cap
17 janvier 2024 13:37 / Aperçu

Changement de Direction, mais pas de cap

Ce premier exercice éditorial, en tant que successeur de Matthias Achermann à la tête d’Amstein + Walthert Genève, me donne l’occasion de saluer le professionnalisme de mon prédécesseur, pilier indéniable de notre position parmi les leaders romands depuis plusieurs années. Il est important également de souligner l’excellence de nos équipes, sur un marché éprouvé par les événements internationaux des trois dernières années. Dans cette ère dite de l’anthropocène, le réchauffement climatique n’est pas qu’une simple théorie. C’est une réalité impactant notre quotidien, dont les effets vont s’intensifier avec de prévisibles pénuries. La raréfaction des matières premières et la décarbonation impérative de notre société sont des défis majeurs influençant non seulement notre économie actuelle, mais aussi la qualité de notre vie en tant que locataires de la planète bleue. Espérons que 2024 verra l’apaisement de ces crises mortifères et l’émergence d’un monde (enfin) responsable.