Matthias Achermann : la confiance en l’avenir, aussi précieuse que l’énergie

Cruauté du destin, le conflit russo-ukrainien succède brutalement à la crise sanitaire, rappelant que l’énergie n’est pas seulement un produit de négoce, mais aussi un redoutable levier géopolitique. Notre histoire récente a pourtant connu des précédents avec les deux chocs pétroliers de 1973 (guerre du Kippour) et 1979 (chute du Shah d’Iran). Or, en Suisse comme partout en Europe le confort est devenu un droit inscrit en principe immanent de la vie quotidienne. Le signal est pourtant clair : le renforcement de notre indépendance énergétique nationale est une priorité, dans un double effort de sobriété et de production décarbonée.

Le privilège d’intervenir sur les progrès possibles
L’actualité internationale brandit le spectre du stress énergétique, de la récession, pire encore, de la menace nucléaire tactique. Cette communication de crise devenue routinière sur les réseaux sociaux provoque un sentiment d’impuissance.
Mais, bien involontairement, elle met aussi en lumière le privilège de notre entreprise d’agir dans le cadre de sa compétence, la durabilité, et de son triple engagement social, économique et environnemental aligné sur l’agenda 2030 de la Confédération.
Comme le vertueux colibri de la légende amérindienne, nous faisons notre part au service de la performance énergétique du bâtiment, dont on sait que sur une période de trente ans, 75 % du coût global est affecté à l’exploitation. Notre mission consiste à réduire ce pourcentage et à rationaliser la consommation d’énergie et de matières premières.

Genève, un modèle ?
Actuellement, le parc bâti est responsable de plus de 50 % de la dépense énergétique du canton. Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire étant assurés à 90 % par des systèmes à base d’énergie fossile, la recherche d’une alternative s’impose dans la continuité des progrès réalisés : en 1996, la consommation de chaleur de 6500 immeubles locatifs dans le canton avoisinait 700 MJ/m2, soit près de 20 litres par m2, alors qu’aujourd’hui elle se situe à 13 litres par m2, ce qui correspond à 32 % de réduction.
En faisant converger la législation, l’implication de plus en plus forte des Genevois.es, le recours aux matériaux écologiques, les énergies durables et leur part dans le mix total, nous sommes convaincus que notre région s’inscrira aux avant-postes du combat environnemental. Dans cet esprit, le nouveau règlement d’application de la loi sur l’énergie mis en application au mois de septembre, porte sur la substitution des énergies fossiles en faveur des énergies renouvelables lors du changement des installations de production de chaleur (chaudières), et sur l’assainissement du seuil de l’indice de dépense de chaleur à 125 kWh/m2.an (450 MJ/m2.an). Abaisser le seuil de l’IDC permettra d’engager un processus d’optimisation et de rénovation énergétique de la majorité du parc bâti.
C’est donc bien dans notre travail, notre cohésion et notre confiance en l’avenir que nous atteindrons nos objectifs citoyens, sans donner prise au pessimisme et à l’affolement dont les réseaux sociaux se nourrissent.

Matthias Achermann
Directeur A+W Genève

Ceci pourrait également vous intéresser:

Les nouveautés Minergie® 2017
18 avril 2017 11:56 / Société

Les nouveautés Minergie® 2017

Minergie® est un label de construction suisse pour les bâtiments neufs ou rénovés. Ce label garantit la qualité, le confort et l’efficacité énergétique d’un bâtiment. Un bâtiment certifié Minergie® aura également une meilleure durabilité dans le temps et représente un argument de taille en cas de revente ou de location du bâtiment. Les trois piliers de Minergie® sont une bonne isolation thermique de l’enveloppe, un approvisionnement énergétique hautement efficace basé sur les sources d’énergies renouvelables et un renouvellement contrôlé de l’air.

Avec le controlling énergétique, A+W apporte une solution pour maîtriser et optimiser la consommation énergétique des bâtiments
29 avril 2021 09:01 / Innovation

Avec le controlling énergétique, A+W apporte une solution pour maîtriser et optimiser la consommation énergétique des bâtiments

Avec sa stratégie énergétique et ses ambitions de décarbonation du parc bâti, la Suisse s’engage vers l’efficience énergétique. Dans les bâtiments, les nouvelles technologies renouvelables de production et de distribution de chaleur et de froid contribuent fortement à cette transition. Elles sont toutefois plus complexes à réguler et les potentiels d’économie y sont importants. Afin d’identifier les actions de performance et vérifier les effets de ces dernières, un suivi continu des consommations peut s’avérer très utile pour tirer pleinement profit de l’efficacité énergétique de ces nouvelles technologies. C’est tout l’objet du controlling énergétique proposé et réalisé par A+W, en étroite collaboration avec sa société-sœur Enastra. Yoan Pétremand, l’un des collaborateurs de notre département Énergie à Genève, répond à nos questions sur ce service à très forte valeur ajoutée pour les propriétaires et leurs locataires.

Le développement durable en tant que compétence
10 juin 2021 08:00 / Aperçu

Le développement durable en tant que compétence

Amstein + Walthert publie actuellement son 7ème rapport sur le développement durable. L'exercice 2020 a été exceptionnel à bien des égards. Néanmoins, nous nous rapprochons pas à pas de nos objectifs de durabilité. Ces succès et expériences sont essentiels pour œuvrer au développement durable dans nos projets et avec nos client-es.