Interview de Pierre-Antoine Legrand

Depuis sa création, A+W accompagne les maîtres d'ouvrage dans la construction durable en proposant des concepts techniques innovants permettant d’économiser de l’énergie, par exemple grâce au BIM. Aujourd’hui A+W est fière d’élargir ses compétences spécifiques dans les trois domaines de la durabilité grâce à l’obtention du Diploma of Advanced Studies (DAS) en Management durable de Pierre-Antoine Legrand, consultant au sein de notre équipe Énergie.

Entretien
Comment avez-vous organisé votre formation continue en parallèle de votre travail ?
J’ai la chance d’avoir pu bénéficier de la flexibilité offerte par A+W qui promeut la formation continue de ses collaborateurs. J’ai ainsi pu baisser mon taux à 80% pendant une année pour suivre la formation du DAS. A+W a également participé aux frais de formation. 

En quoi consiste le management durable ?
Le management durable propose d’adapter les outils de management aux défis du XXIe siècle. Le DAS en management durable est une formation continue proposée par la Haute école de gestion de Genève (HEG), qui donne une vision complète de la manière dont les entreprises pourraient intégrer les enjeux de la durabilité dans leurs processus de création de valeur. Concrètement, nous repartons avec :

  • des bonnes pratiques,
  • des références,
  • des outils concrets d’évaluation et de gestion de la durabilité économique, sociale et
    environnementale le long de la chaîne de valeur des organisations.

A+W est déjà spécialisée dans les labels de quartiers ou de bâtiments, comme MinergieSNBS, ou DGNB. Existe-t-il aussi des labels de durabilité des organisations ? Pouvez-vous en citer quelques-uns ?
Comme dans la construction durable, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Il n’est pas facile de dresser une liste exhaustive, mais nous pouvons citer par exemple les labels B-Corp et éco-entreprise, tous deux fondés de près ou de loin sur les principes de la norme ISO 26000 : responsabilité sociétale des organisations.
Le choix d’un label ne doit pas se faire à la légère et doit correspondre aux valeurs de l’entreprise. Une fois obtenu, le label devrait ensuite servir de boussole pour les managers de l’entreprise : la majorité des labels reposent sur le principe d’amélioration continue ; il faut donc viser au-delà de la certification initiale.

À l’issue de cette formation, comment percevez-vous la durabilité dans les organisations ?
C’est un voyage. Chaque organisation part d’un point de départ dont elle n’a pas à rougir. Certaines sont plus avancées que d’autres ; mais toutes devront prendre le virage de la durabilité. Comme pour toute expédition, il faut se fixer un cap, composer avec les éléments et ajuster la trajectoire en cours de route. C’est ainsi que je vois mon rôle : accompagner les organisations au long de ce voyage en les aidant à choisir des objectifs et un label, en déclinant une stratégie adaptée à la culture de l’entreprise et à ses moyens, à faire le point régulièrement et communiquer sur les progrès effectués.
Voir aussi : Conseils en durabilité : A+W Genève structure son offre

Chaque voyage est unique et c’est là tout l’intérêt : il n’y a pas une formule magique, mais autant de solutions qu’il y a d’entreprises dans le tissu économique.

Pouvez-vous partager une expérience forte du DAS ?
Le travail de diplôme a consisté en une évaluation complète (audit RSE) d’une organisation. Mon choix s’est porté sur une administration communale. Comme toute organisation, elles ont un rôle à jouer, mais la particularité des collectivités est qu’elles ont à la fois un levier interne (administration) et externe (territoire).  Les thèmes de l’évaluation ont porté aussi bien sur la gestion de la petite enfance que la formation du personnel communal, l’élimination des déchets, la gestion des bâtiments du patrimoine administratif et la gouvernance de l’organisation. Au total 58 thèmes ont été évalués grâce à la participation active de la commune et des entretiens réalisés. À l’issue de l’audit, un plan d’action a été proposé au conseil administratif. 

Comment voyez-vous la suite ?
Fort de cet apprentissage et d’une expérience florissante (voir aussi les références HUG et IMAD), A+W est en position d’accompagner les territoires et les entreprises de la définition à la mise en œuvre d’une stratégie de durabilité.

Ceci pourrait également vous intéresser:

Veton Sokoli : « Je sais ce que je dois à la formation »
30 mai 2022 09:11 / Aperçu

Veton Sokoli : « Je sais ce que je dois à la formation »

Veton Sokoli, responsable de notre unité sanitaire à Genève, s’est formé tout au long de ses huit années au sein de notre entreprise. Il répond à nos questions sur son parcours, de l’apprentissage à la maîtrise fédérale, en passant par la case intégration, qu’il a suivie récemment en tant qu’ancien employé de retour dans l’entreprise.

Conseils en durabilité : A+W Genève structure son offre
26 mars 2020 11:49 / Société

Conseils en durabilité : A+W Genève structure son offre

Notre entreprise est un acteur clé du développement durable, par vocation. D’année en année, nous intégrons dans notre proposition de valeur les avancées technologiques permettant de réduire l’empreinte carbone des bâtiments dont nous assurons l’ingénierie technique, notamment en énergie. Le besoin grandissant des clients de connaître leurs impacts environnementaux (en dehors de l’énergie consommée par les bâtiments, le savoir-faire original d’A+W) nous a incité à les soutenir dans le développement de leur stratégie de durabilité/politique de responsabilité sociétale d’entreprise RSE. Notre collaborateur Pierre-Antoine Legrand, consultant en planification énergétique territoriale et durabilité, a contribué à la mise en œuvre d’une méthodologie de travail permettant d’élaborer un bilan de responsabilité sociale et environnementale de grande qualité. Il répond à nos questions dans cet entretien de découverte.

Anthony Couasnon : « les ressources humaines doivent aligner les planètes du sens, de la cohésion et de la performance»
28 octobre 2021 08:21 / Aperçu

Anthony Couasnon : « les ressources humaines doivent aligner les planètes du sens, de la cohésion et de la performance»

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, écrivait Rabelais il y a près de 500 ans. C’est l’idée qui se détache de notre entretien avec Anthony Couasnon, le nouveau responsable des ressources humaines d’A+W Genève. Toute son expérience, en France chez TF1 et KFC, mais aussi au Canada et plus récemment en Suisse, semble converger vers les notions de sens, d’équilibre des forces et de cohésion interne. Six questions posées à ce professionnel dont l’objectif est la performance de l’entreprise sans le sacrifice du bien-être.