Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR) du Canton de Vaud

Etude d’impact et d’approvisionnement énergétique du parc de véhicules par des solutions électriques, hydrogènes et biogaz.

Dans le contexte climatique actuel et étant donné leur devoir d’exemplarité énergétique, les cantons et les communes sont amenés à étudier le renouvellement de leur flotte de véhicules pour améliorer l’efficience énergétique et réduire l’impact carbone de leurs activités.

C’est dans ce cadre que la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR) du canton de Vaud a souhaité analyser les possibilités et les contraintes liées à un renouvellement d’une partie de la flotte de ses 1’400 véhicules existants par des véhicules électriques (batterie), hybrides, à hydrogène ou à biocarburant.

Or, du devoir d’exemplarité énergétique sous-jacent à la démarche doit découler une étude compréhensive des impacts de ce changement, y compris en matière d’approvisionnement énergétique. Ainsi, un renouvellement des véhicules existants par des véhicules avec d’autres sources énergétiques (notamment électricité et hydrogène) ne pourrait se faire sans prendre en compte la production, l’approvisionnement et le stockage énergétique nécessaires à ces nouvelles technologies.

Dans le cadre de cette étude, A+W étudie les différentes variantes d’approvisionnement, de production et de stockage énergétique pour les véhicules électriques (batterie), hybrides, à hydrogène et à biogaz selon certains scénarii de renouvellement de la flotte de véhicules et de recharge des véhicules. L’impact de ces scénarii sur le réseau électrique existant est également étudié. L’étude est réalisée conjointement avec Hymexia, en charge de l’étude de faisabilité du remplacement des véhicules, et Quantis, en charge de l’écobilan et l’analyse cycle de vie du remplacement des véhicules.

Expert-e

KLINKE Sandra

KLINKE Sandra
Resp. adjointe secteur consulting, Resp. département Energie
A+W Geneve

Participants

Maître d’ouvrage

  • DGMR/Canton de Vaud/OFROU

Partenaires de l’étude

  • Hymexia
  • Quantis

Utilisateur

  • DGMR
  • OFROU

Facts & Figures

  • Analyse des besoins énergétiques et courbes de charge de la flotte de véhicules selon différents scénarii de remplacement
  • Identification du volume de stockage et optimum d’un point de vue technico-économique.
  • Identification des acteurs et solutions techniques disponibles de production, stockage et recharge énergétique
  • Couverture des besoins par une production d’énergie locale (photovoltaïque, biogaz)
  • Evaluation des appels de puissance et impact sur le réseau électrique
  • Bilan technico-économique complet des différentes variantes d’approvisionnement sur 30 ans
2021
Début du projet

Ceci pourrait également vous intéresser:

Une nouvelle dynamique chez Amstein+Walthert
27 avril 2017 16:11 / Aperçu

Une nouvelle dynamique chez Amstein+Walthert

Le 3 avril 2017, David Ribeiro prenait ses fonctions à la direction d’Amstein+Walthert Lausanne. Découvrez son parcours et sa vision pour le présent et l’avenir de notre entreprise.

Nouveaux bâtiments de l’UICN : une empreinte qui ne laisse quasiment pas de trace
1 août 2014 07:35 / Réalisations

Nouveaux bâtiments de l’UICN : une empreinte qui ne laisse quasiment pas de trace

Inaugurés en grande pompe en 2010, les nouveaux bureaux de l’UICN se démarquent par leur performance énergétique. Christian Laufenberg, responsable des services généraux de l’Organisation, revient sur le choix des concepts et sur l’implication d’Amstein+Walthert dans cet exceptionnel ouvrage.

A+W Lyon, une antenne française qualifiée en performance énergétique, en contrôle et en gestion de la qualité de l’air
3 juillet 2014 11:24 / Société

A+W Lyon, une antenne française qualifiée en performance énergétique, en contrôle et en gestion de la qualité de l’air

La percée des marchés français au début des années 2000 par Amstein+Walthert a ouvert la voie à une implantation définitive dans l’hexagone. En 2014, une antenne a ainsi vu le jour à Lyon intégrant quatre ingénieurs experts en performance énergétique et en qualité de l’air intérieur des bâtiments. Une spécialisation qui fait l’objet d’un master 2 peu répandu, puisque nous dénombrons une dizaine de diplômés en France par an et une cinquantaine seulement en activité. Autant dire une denrée rare qui fournit un travail de sensibilisation important et désormais incontournable auprès des acteurs de la santé et de la construction. Manon Capitan a accepté de nous parler de son métier d’ingénieur au sein de sa nouvelle équipe lyonnaise.